Skip to main content

L’Empire colonial français rassemble toutes les colonies, les protectorats et les territoires ultramarins, qui ont été sous tutelle, colonisés ou gouvernés par la France. Cette action se traduit par l’extension de la souveraineté de l’hexagone sur différents pays, à des fins économiques et politiques. Elle a duré en tout environ 5 siècles, plus précisément 428 ans. Cette emprise a commencé au XVIe siècle et terminé au XXe siècle. Elle contribue également à la mise sur pied de la France Libre. Nous allons découvrir au travers de quelques lignes les faits concrets et les intérêts économiques liés aux colonies.

L’Empire colonial français : c’est quoi ?

La colonisation signifie l’annexion et la mise sous tutelle d’un territoire, généralement sous-peuplé et sous-développé, par une force étrangère pour exploiter ses ressources. Elle fait partie des actions indéniables qu’a connues l’histoire du monde, et se développe dans toute l’Europe depuis le XVe siècle. La France s’est aussi lancée dans cette conquête. Son empire colonial se différencie de celui des autres puissances grâce à son approche colonisatrice, qui la place vers fin du XIXe siècle au deuxième rang des colonisateurs, après l’Angleterre.

Les différents territoires de l’empire colonial français

Avec 12 millions de km2 et environ 70 millions d’habitants en 1939, l’Empire colonial français vient après celui du Royaume-Uni, qui colonise le plus grand territoire au monde. Il se trouve d’ailleurs dans tous les continents ainsi que tous les océans. De tradition, les empires coloniaux français se divisent chronologiquement en deux.

Le premier espace colonial

Au début, les colonies ne font pas encore partie des priorités de l’État français. En 1534, des colons français viennent s’installer au Canada, pour contribuer dans les activités liées à la pêche. Ils ont également souhaité découvrir sur place des métaux précieux.

Au XVIIe siècle, la France va encore plus loin dans ses stratégies commerciales et s’installe dans quelques îles des Antilles, notamment la Guadeloupe, la Martinique et Saint-Domingue. Son objectif consiste à étendre son système économique grâce à la traite négrière et l’esclavage pour la production de canne à sucre et de tabac.

Au même moment, l’emprise s’étend aussi dans les Mascareignes, dans quelques comptoirs en Inde et une partie de l’Est de l’Afrique (Sénégal). Elle a connu une forte prospérité avec les exportations de sucre et de café depuis Saint-Domingue, Martinique et Guadeloupe.

Mais malheureusement, cette première expansion coloniale n’a pas réussi et s’est effondrée vers la fin des années 1780. L’annexion des pays étrangers par la France n’est pas très persuasive, malgré l’essor de la situation économique aux Antilles durant un temps.

Le Second espace colonial

À partir de 1815, le Second Empire colonial français s’est formé et s’étale sur de nombreux continents. Il comprend essentiellement différentes régions d’Afrique, découlant des anciens comptoirs, d’Asie ainsi que d’Océanie. Cette emprise est devenue le deuxième plus grand empire entre la seconde moitié du XIXe siècle et au XXe siècle. Avec la métropole française, les zones gouvernées par la France atteignent plus de 8,7 % des terres émergées dans le monde entier et sont contrôlées par les Forces coloniales françaises.

À l’époque actuelle, il reste dans ce grand empire colonial la France d’outre-mer, formée de quelques îles et archipels des Caraïbes, de l’océan Atlantique, de l’océan Indien, du continent Antarctique, Pacifique Sud et certains pays de l’Amérique du Sud. En somme, cette puissance mondiale dispose de :

  • L’Algérie, le Maroc ainsi que la Tunisie en Afrique du Nord,
  • L’Afrique-Équatoriale française (AEF),
  • L’Afrique-Occidentale française (AOF),
  • Madagascar, la Réunion, Saint-Paul, Crozet et les îles Kerguelen dans l’océan Indien,
  • La Guyane française, la Guadeloupe, la Martinique, les Antilles et Saint-Pierre-et-Miquelon dans l’océan Atlantique et en Amérique,
  • La Nouvelle-Calédonie, les Nouvelles-Hébrides, la Polynésie française, Wallis-et-Futuna dans l’Océanie,
  • L’Indochine et des comptoirs commerciaux (Pondichéry, Karikal, Mahé, Yanaon et Chandernagor) en Asie.

Quelle que soit sa situation, chacun de ces territoires constitue une véritable source de matières premières et aussi de main d’œuvre. Ceux-ci forment également un marché dédié aux produits métropolitains. Malgré leurs statuts différents, la France assure leur administration et y développe l’éducation, l’alphabétisation, l’hygiène, etc. À noter que les droits des indigènes restent limités.

Les formes d’administration

Les terres de conquête de la France sont gouvernées de différentes manières. Le protectorat est un régime selon lequel les territoires, comme la Tunisie, le Maroc et le Cambodge, sont mis sous tutelle de l’Hexagone tout en conservant leur autonomie interne. Ceux-ci possèdent leur propre gouvernement et leurs propres institutions. Les départements français, comme l’Algérie, disposent d’un statut particulier.

Les pays sous l’Empire colonial de France peuvent être complètement dominés, sur le plan politique, économique et culturel. Tous les postes à responsabilité reviennent ainsi aux fonctionnaires et militaires français. Dans certaines zones, la Métropole impose la politique d’assimilation en faisant adopter sa langue, sa culture et ses valeurs aux indigènes.

Les origines du concept

L’approche de la France dans la conquête du monde reste confuse. Les dirigeants du pays ne privilégient même pas l’expansion coloniale. Il vaut mieux toutefois comprendre leurs arguments. Les colons français se considèrent au début comme des porteurs de mission éducatrice. Ils se chargent également de la diffusion de la religion catholique. Par-dessus tout, l’Hexagone met en avant ses intérêts économiques, commerciaux et diplomatiques, tout en certifiant sa grande puissance et son influence au niveau mondial.

Depuis son échec en 1870, le gouvernement français souhaite restaurer la force du pays dans toute l’Europe. Créer un immense empire colonial est la seule solution afin d’y parvenir. C’est la raison qui incite la France à installer, dans ses territoires conquis, un système de domination politique, administrative et aussi militaire. Il s’agit de la colonisation. Divers arguments sont mis en jeu.

Sur le plan économique, les colonies forment de nouveaux débouchés pour l’économie française et de sources importantes en matières premières tant diversifiées qu’à prix abordables. Sur le plan démographique et social, ces pays accueillent également une multitude de chômeurs ou de personnes pauvres pour se remettre sur pieds.

La France compte en plus éduquer les indigènes, en imposant sa langue comme dialecte officielle, en développant un programme d’alphabétisation, ce qui provoque ainsi la disparition progressive des cultures indigènes.

Les intérêts économiques du système colonial français

La politique coloniale française a eu de bons côtés et de mauvais côtés. Mais ce qui est sûr, c’est qu’elle a de multiples avantages économiques, culturels et politiques pour la France. Les pays colonisés constituent un excellent moyen pour se ravitailler en matières premières, notamment le coton, le café, le cacao, etc. utilisées dans les industries françaises. Sans compter la possibilité de faire exporter l’excédent dans d’autres pays. La France vend par la suite ses produits dans les colonies. Le commerce colonial parait comme un facteur très efficace pour apporter une bonne vitalité de l’économie et enrichir la nation.

Le colonisateur peut aussi exploiter les richesses du sous-sol telles que les mines d’or. Les capitaux investis ont gagné plus d’intérêts. En étendant son empire dans différents pays, la métropole permet en plus de manifester sa puissance vis-à-vis de ses voisins. En fait, plusieurs autres pays européens comme le Royaume-Uni et l’Allemagne s’impliquent aussi dans la colonisation et possèdent leurs empires. La concurrence s’impose pour la course aux colonies. Dans le domaine culturel, la France apporte également sa culture, en apprenant la langue de Molière, la religion catholique ainsi que ses idées. Il s’agit entre autres du paternalisme et de l’impérialisme.

Leave a Reply